octobre 9, 2021

Fernémont au bout du duel!

Comme à l’East Belgian Rally, la manche précédente du Kroon Oil Rally Championship, c’est au sprint que s’est jouée la victoire lors d’un rallye de Wallonie disputé dans des conditions idéales, devant un public aussi nombreux que passionné et heureux de retrouver ’’son’’ rendez-vous annuel. 

Adriant Fernémont et Samuel Maillen n’ont pas failli. A la lutte pendant tout le rallye avec Grégoire Munster et Louis Louka, les vainqueurs 2019 n’ont pas tremblé et ont réussi le sans faute, en devançant finalement le coriace pilote Hyundai de 5’’4. Belle revanche pour l’Andennais qui a inversé la tendance de l’East Belgian Rally où il avait dû s’incliner pour 3’’5.  « Dieu que ce fut difficile ! », a avoué le vainqueur « Grégoire a maintenu la pression jusqu’au bout et j’ai connu une fin de parcours délicate avec un moteur en petite forme. Mais je ne vais pas bouder mon bonheur : je gagne une nouvelle fois ’’à domicile’’ et je m’installe en tête du championnat ; croyez-moi, ça prend aux tripes ! » Battu d’un souffle avec les honneurs, le représentant Hyundai souligne aussi l’intensité des débats et insiste sur l’importance d’une entrée en matière un peu délicate : « Mon choix de pneus hasardeux dans la première spéciale de ce samedi m’a coûté cher mais je me suis battu jusqu’au bout pour tenter de faire trébucher Adrian. Il a tenu bon, bravo à lui. »

Impressionnant de constater qu’en deux rallyes consécutifs, l’écart entre Fernémont et Munster n’excède donc pas… 1’’9, preuve de l’intensité de la lutte que se livrent ces deux cadors. Juste derrière eux, Cédric Cherain n’a pas démérité en plaçant sa Skoda Fabia Rally2 à 17, 7 secondes à peine du leader. « J’ai payé le manque de roulage et je n’étais pas dans le rythme en début de course. Or, dans une explication aussi serrée, il faut se sentir en confiance dès les premiers mètres. Rendez-vous est pris pour le Condroz et Spa que je préparerai en m’alignant à Jalhay… afin précisément de trouver immédiatement le tempo. »

Cedric de Cecco, qui découvrait sa Citroën DS3 Rally 2, a signé de superbes chronos mais ne pouvait rien à la régulière. Il termine 4e à 1’15’’. Bastien Rouard (Ford Fiesta), comme attendu termine un peu plus loin, solidement arrimé à la 5e place depuis le premier tronçon chronométré.

Alors qu’il n’avait pas entamé son rallye de la meilleure des façons, Olivier Collard a magnifiquement exploité sa Porsche 997 GT3 et a surtout pris un « pied pas possible » au volant de la voiture de Francis Lejeune. Il termine 6e et autoritaire vainqueur en GT devant Glen Janssens (Porsche) et Stefan Prinzie (Alpine).

Magnifique bagarre à trois en Renault Clio Benelux Trophy avec Benoît Verlinde, Tom Rensonnet et Gilles Pyck qui se sont battus à coups de dixièmes. C’est finalement Verlinde qui sort vainqueur de cet trio infernal, avec 5,5 sec d’avance sur Rensonnet et 16,1 sec sur Pyck. Ils termines P9, 10 et 11 au général, juste derrière la Hyundai i20 Rally 2 de Schmelcher, mais devant Thibaut Mazuin (Peugeot 308 Rally 4), il est vrai quelque peu esseulé dans sa catégorie et en Junior.

À noter encore la malheureuse crevaison qui frappe Sébastien Luis (Skoda S2000) et le rejette à un lointain 17ème rang (alors qu’un top 10 semblait assuré), et le succès de Dirk Deveux (Ford Escort) en Historiques.

Au championnat, Adrian Fernémont s’installe donc en tête avec 81 points contre 79 à Ghislain de Mévius (absent pour cause de… mariage de son meilleur ami). Mais dès le prochain week-end, la hiérarchie risque d’être bousculée  lors du Sezoens Rally à Bocholt. Pas de doute, cette cuvée 2021 du championnat est exceptionnelle et le rallye de Wallonie, malgré le changement de date, y a largement contribué.