Actualités
27/04/2019

Adrian Fernémont se joue des conditions climatiques

Le ciel bleu de vendredi a laissé place à de multiples averses éparses ce samedi dans la région namuroise. De quoi offrir des conditions de course inédites pour la plupart des 86 concurrents ayant pris le départ du Rallye de Wallonie. Sportivement, le duel annoncé entre Cédric Cherain et Adrian Fernémont a tenu toutes ses promesses puisqu’une douzaine de secondes les séparent au terme de cette deuxième étape.

Après l’apéritif d’hier soir sur la Citadelle de Namur, les choses sérieuses débutaient ce samedi matin pour les 86 équipages recensés au départ de cette 2° étape du Rallye de Wallonie. Après un faux départ, conséquence d’une annulation de la spéciale de Nettinne-Mohiville dont une portion était rendue impraticable suite à des coulées d’huile, les concurrents pouvaient entamer les hostilités à Natoye.

Si Cédric Cherain parvenait à conserver son leadership au cours de la première boucle, il était ensuite progressivement débordé par un Adrian Fernémont très à l’aise face aux conditions climatiques instables : « Nous sommes très bien renseignés, tant par mes ouvreurs que par des amis posés en bord de spéciale », déclarait le régional de l’étape, bien décidé à accrocher le Rallye de Wallonie à son palmarès. « Je souhaitais de la pluie car c’est la seule solution pour garder la VW Polo R5 de Cédric derrière moi. A chaque fois nous avons fait les bons choix de pneus. Ce dimanche on annonce à nouveau des averses et ce n’est pas pour me déplaire, je veux vraiment gagner ici ! »

De son côté, Cédric Cherain n’est pas prêt à lâcher du lest : « J’ai rarement connu de telles conditions. C’est très déstabilisant car il peut pleuvoir au départ d’une spéciale, puis faire sec au milieu avant de retrouver à nouveau un sol humide à la fin. Nous ne sommes qu’à 12,2" et ce n’est pas encore fini, ce rôle de chasseur ne me déplaît pas. À Adrian de gérer son avance mais je n’entends pas lui faciliter la tâche », expliquait le vainqueur du dernier Spa Rally.

Derrière, la lutte pour la dernière marche du podium est très animée. Ainsi, Ghislain de Mévius ne dispose que d’une marge d’avance de 5,4" sur Sébastien Bedoret, retardé par une excursion dans un champ. Cinquième, Xavier Bouche revendique également un podium provisoire sur lequel il aurait pu se retrouver sans un tête à queue très pénalisant. Quant au vainqueur sortant, Vincent Verschueren, une crevaison lui a coûté plus d’une minute ce matin mais le champion de Belgique 2017 a entamé sa remontée et entend bien la poursuivre en délogeant Kevin Demaerschalk (lui aussi coupable de plusieurs petites fautes) de la 6ème place. Clôturant le top 10 dans cet ordre, Patrick Snijers, Bastien Rouard et Olivier Collard ont connus des fortunes diverses au cours de cette journée compliquée qui a vu les retraits de David Bonjean (sortie), Olivier Cartelle (mécanique) et Cédric De Cecco (idem).

Au treizième rang, Pascal Gaban mène la catégorie GT de main de maître et y devance de plus d’1’30, l’autre Porsche 997 GT3 de Romain Delhez, retardé par une crevaison dans le dernier passage à Nettinne-Mohiville.

Chez les Juniors, Grégoire Munster domine toujours les débats malgré une crevaison lui coutant plus d’une minute dans l’avant dernière spéciale du jour. Il devance Tobias Brüls et Thibaud Mazuin. Les jeunes loups sont néanmoins précédés, dans la catégorie R2, par Guillaume Dilley qui réalise un beau come-back au niveau national sur la Peugeot 208 qui lui a été confié par le FS Racing.

Du côté des historiques, l’hécatombe a été totale avec les retraits conjugués de Dirk Deveux (alternateur) et Gino Bux (idem) mais aussi et surtout de Guino Kenis, net dominateur jusqu’à ce que la mécanique de sa BMW M3 ne le trahisse en début de soirée. Tout profit pour Arthur Kerhove qui place dès lors sa Ford Escort MK2 en tête devant les voitures sœurs des locaux Emile Tollet et Benoit Gillot.

Demain dimanche, la dernière étape du Rallye de Wallonie devrait encore offrir quelques surprises puisque les conditions météorologiques seront de nouveau très incertaines. Le rallye débutera par la traditionnelle spéciale « show » de Malonne. L’ouverture des hostilités est programmée à 9h25. Deux boucles de 4 spéciales (Malonne, Bois-de-Villers, Crupet et Nannine) attendent les rescapés pour une arrivée prévue aux environs de 15h.

 

 news précédentes
27/04/2019

La Power Stage du Rallye d'Argentine diffusée sous le chapiteau ce dimanche
Lire la suite

27/04/2019

Le duel Cédric Cherain/Adrian Fernémont bien amorcé
Lire la suite