2008

Hubert Deferm récompensé de son jusqu’au-boutisme


Pour son quart de siècle, le Rallye de Wallonie accueille un plateau éclectique avec des WRC, des GT et des S2000 pour briguer la 1ère place.

Toujours vert 25 ans après sa première victoire, déjà en Porsche, Patrick Snijers espère bien remettre le couvert et est d’ailleurs bien parti pour y parvenir. Au terme de la 1ère journée de course le pilote de la 911 GT3 occupe en effet le commandement, profitant des rapides abandons de Kris Princen (moteur sur sa Mitsubishi Lancer Evo8 Gr.A) et Mélissa Debackere (alternateur sur sa Toyota Corolla WRC) tandis qu’Hubert Deferm perdait près de 3’ suite à des soucis électroniques sur sa Subaru Impreza WRC S10.

Las, il était écrit qu’il ne ferait pas bon de pointer en tête de la course le dimanche puisque Snijers cassait un cardan dès l’entame de la journée. Les leaders se succédant ensuite au fur et à mesure des abandons avec dans l’ordre Chris Van Woensel (embrayage sur a Nissan 350Z) et Bernd Casier (pompe à essence sur sa VW Polo S2000 officielle). Alors qu’il n’y croyait plus la veille, Hubert Deferm s’en allait cueillir une victoire sympathique qui récompensait sa persévérance.

Scénario identique en Gr.N où, après une crevaison lui coutant 3’ en début de course, Alexandre Romain (Mitsubishi Lancer Evo9) entamait une remontée impressionnante qu’il achevait sur le podium final en s’offrant le scalp de Stéphane Lhonnay (idem). Auteur d’une course régulière Henri Schmelcher (Porsche 911 GT3) signait le meilleur résultat de sa carrière en national en se classant dauphin du vainqueur !
Chez les tractions, les Citroën C2-R2 excellaient et plus particulièrement celle de Frédéric Béco qui collait 1’ à David Croes alors que Bernard Servais (Renault Clio R3) s’intercalait entre eux. Dans le Ford Fiesta Trophy le Germanophone Thierry Neuville confirmait qu’il n’avait pas été sélectionné par Ford et le RACB par hasard puisqu’il remportait la victoire. Autre jolie prestation à signaler, celle de Manu Bouts dans l’annexe Critérium dont la BMW M3 résistait aux assauts de la plus véloce Mitsubishi Lancer Evo8 de Dominique Jullien.